Mincir avec la médecine esthétique


Mincir avec la médecine esthétique ?

Il y a quelques années, seule la liposuccion permettait de réduire définitivement la graisse localisée. La médecine esthétique offre désormais avec le Coolsculpting les mêmes résultats et la même pérennité, les risques chirurgicaux et les suites opératoires en moins. Découvrez tout de cette technique avec le Docteur Kobaiter, médecin esthétique au centre COSEM Saint Lazare.

 

En quoi consiste le coolsculpting ?

Pour la petite histoire, c’est une technique développée par des étudiants de Harvard. Ils avaient constaté que les enfants qui suçaient régulièrement des glaces à l’eau avaient les joues creuses ! Ils ont ainsi eu l’intuition de l’impact du froid sur la graisse corporelle et de son innocuité sur la peau.

Le Coolscupting est une technique qui traite la graisse superficielle, celle que l’on peut pincer entre les doigts, c’est-à-dire localisée au niveau du ventre, des poignées d’amour, de la culotte de cheval, de l’intérieur des cuisses et du double menton. La zone à réduire est traitée par le froid : on applique une machine qui aspire la graisse sous-cutanée et la congèle pendant trente cinq minutes environ. La congélation entraîne des lésions dans les cellules graisseuses ou « adipocytes ». Agressées par le froid, elles envoient un signal au corps signifiant qu’elles sont endommagées et doivent être détruites. Dans les jours et les semaines qui suivent, il s’ensuit ainsi une apoptose (mort programmée) des adipocytes.

Le Coolsculpting n’est pas indiqué pour les personnes qui ont besoin de perdre du poids et présentent une masse graisseuse répartie sur tout le corps. Ces patients relèvent de techniques d’amaigrissement avec régime alimentaire et éventuellement intervention de type chirurgie bariatrique.

 

L’amincissement est-il immédiat ?

Il n’y a aucun amincissement à l’issue du traitement car il se fait progressivement, au fil de l’apoptose, dans les semaines qui suivent.

La lipolyse commence réellement quinze jours après la séance et se poursuit jusqu’à six mois après, avec un pic d’activité vers un mois et demi.

 

Le Coolsculpting est-il efficace ?

C’est une méthode remarquable et dont les résultats sont définitifs en une seule séance.
Dans la zone que l’on va aspirer et congeler, 30 à 40% des adipocytes sont sensibles au traitement et disparaissent totalement du corps.

Le Coolsculpting est plus efficace sur les graisses souples, plus faciles à traiter que les graisses fermes ou fibrosées.

La majorité des cellules réceptives à cette technique sont détruites lors de la première séance, donc une deuxième séance s’avère moins efficace avec une perte graisseuse limitée alors à 10 à 20% maximum.

 

Pourquoi faut-il une consultation préalable ?

Une première consultation est nécessaire, à distance de la séance de Coolsculpting. Le médecin examine le patient pour vérifier qu’il est un bon candidat pour cette technique, en fonction de la localisation de ses surcharges graisseuses.

Après avoir vérifié que le patient ne présente pas de contre-indications, le médecin détermine avec lui le nombre d’applicateurs à utiliser et leur localisation. Ces éléments lui permettent d’établir le plan de traitement et le devis en conséquence.

Le médecin expose bien entendu les éventuelles et rarissimes complications et les suites immédiates du Coolsculpting.

 

Comment se déroule la séance ?

Le jour de la séance, le médecin photographie et mesure son patient. Il pose ensuite les applicateurs. Les applicateurs sont choisis pour épouser la forme du corps au plus près : plus ou moins larges, de forme plus ou moins plate (ventre, intérieur des cuisses…) ou encore recourbée comme les applicateurs destinés aux poignées d’amour.

En fonction des zones à traiter, plusieurs applicateurs peuvent être posés simultanément, sauf pour le ventre car ses deux lobes séparés nécessitent deux applicateurs dont la disposition impose deux temps de pause successifs.

Pour protéger la peau des engelures, on dispose entre la peau du patient et l’applicateur un tissu spécial imbibé de gel.

Une fois la graisse aspirée, l’appareil fait descendre sa température à moins onze degrés en moyenne. Pendant toute la séance, la machine mesure la température et la régule afin de la maintenir constante, ne pas dépasser certains seuils et éviter de provoquer des lésions cutanées.

Le traitement dure 35 minutes par applicateur quand ils ne peuvent pas être posés en même temps. L’aspiration commence et n’est pas douloureuse puis le froid s’installe, sans désagrément particulier. A l’issue des 35 minutes, le médecin masse la zone traitée pendant quelques minutes. C’est la partie la moins agréable ! Le médecin revoit son patient trois mois après pour une consultation de contrôle avec prise de mesures. Le taux d’insatisfaction est quasiment nul.

 

Quelles sont les suites d’une séance ?

En général, après traitement des poignées d’amour ou des cuisses par exemple, le patient peut retourner travailler sur le champ. Il peut apparaître quelques douleurs après la séance mais elles disparaissent deux ou trois jours après. L’aspiration peut créer quelques ecchymoses, fourmillements ou démangeaisons.

 

Le Coolsculpting impacte t-il les autres cellules ?

Les cellules les plus sensibles au froid sont les cellules adipeuses, la peau, les nerfs, tandis que les cellules musculaires sont assez résistantes. La peau est protégée, comme nous l’avons vu, et les nerfs sont la plupart du temps suffisamment profonds pour ne pas être touchés. S’il arrive que les plus superficiels soient atteints, une légère douleur apparait dans les jours qui suivent la séance.

 

L’élimination des adipocytes est-elle dangereuse ?

Non. Les adipocytes détruits sont éliminées par le sang puis évacuées par les selles, sans aucun impact sur le taux de lipides dans le sang car leur élimination est très progressive.

 

Combien coûte une séance de Coolsculpting ?

Le coût de la séance dépend du nombre d’applicateurs posés, la plupart du temps en nombre pair. L’applicateur est à partir de 560€.

 

Peut-on regrossir après le Coolsculpting ?

Les cellules détruites le sont définitivement. Si on reprend du poids, il se répartira de façon homogène sur tout le corps, y compris sur la zone traitée mais sans recréer de bourrelet.

 

Le Coolsculpting est-il efficace contre la cellulite ?

Non. La cryolipolyse ne détruit pas la cellulite qui n’a pas les propriétés des cellules adipeuses.

 

Quelle est la plus-value du Coolsculpting sur les autres méthodes de cryolipolyse ?

Le coolsculpting se distingue des autres techniques de cryolipolyse par sa sécurité et son efficacité. Grâce au contrôle constant de la température, elle permet en effet de la maintenir à un niveau optimal. Les autres machines en revanche, privées de ce système de régulation, doivent être bridées afin de ne pas risquer une température basse au point d’endommager la peau. Leur température est donc le plus souvent supérieure à celle appliquée par le Coolsculpting ; moins efficaces, elles nécessitent plusieurs séances là où une seule séance est nécessaire avec le Coolsculpting.

 

Quelles sont les contre-indications ?

Elles sont de deux types : liées à l’aspiration (zone du ventre), ou liées au froid. Ainsi, la présence de hernies hombilicale ou de toute autre anomalie de la paroi abdominale de type diastasis proscrit toute aspiration par coolsculpting. Trois maladies très rares liées au froid interdisent cette technique : la cryoglobulinémie, hémoglobinurie paroxystique a frigore, et la maladie des agglutinines froides.